image

Forsythe… bis

image

La faute à « One flat thing, reproduced« .
Nous avions tellement aimé ce morceau il y a 5 ans – déjà! – que lorsque j’ai vu qu’il était reprogrammé j’ai pris le spectacle, même si nous avions déjà une belle dose de William Forsythe prévue dans notre abonnement.

Ce morceau, et le nom de Benjamin Millepied sur l’affiche. J’étais curieuse de voir davantage du travail de chorégraphe du tout nouveau directeur de la danse de l’opéra de Paris (il a pris ses fonctions en Septembre) dont j’avais beaucoup aimé le « Daphnis et Chloé » à Bastille l’été dernier.

Au programme de ce mercredi soir – à part la traditionnelle et succulente planche de charcuterie à la Robe et le Palais – « Workwithinwork » de Forsythe ; « Sarabande » de Millepied et « One flat thing, reproduced » de Forsythe.

« Workwithinwork » et ses violons lancinants a été un peu douloureux pour nos petits cerveaux fatigués par sa lenteur et sa musique pas toujours mélodieuse.
J’ai mis du temps à rentrer dans ce ballet que je trouvais au départ sans énergie. Le style Forsythe était évidemment là, sa technicité et ses désarticulation, la technique impeccable du ballet de Lyon aussi, mais il manquait quelque chose. Et puis la magie a fini par opérer et j’ai été prise par le morceau, ses sublimes pas de deux et ses ensembles incroyables où il y a trop à voir.
Ce ballet est d’une grande complexité et technicité, on peut donc vraiment admirer le niveau incroyable des danseurs du ballet de Lyon dont chaque geste est d’une précision et perfection admirables. Danser ce type de morceau doit être assez fou car on doit avoir conscience de chaque muscle et chaque articulation de manière très aigüe.

Je ne reviens pas sur « One flat thing, reproduced », ma critique est ici.
Ce ballet est hallucinant, une œuvre unique en son genre dont j’aime absolument tout: la musique, la scénographie, les costumes, l’énergie… tout, tout, tout.
Ce morceau a l’air totalement jouissif à danser, observer le visage des danseurs est génial car on sent toute la dimension de jeu et d’irrévérence de ce qu’ils sont en train d’interpréter.
Encore un ovni que je retournerai voir à chaque fois qu’il sera à l’affiche à Paris (Mr Papillon, Holly, vous êtes prévenus :-))

Quant à « Sarabande »… pfff, que vous dire?
Je ne vais pas être gentille, je n’ai pas aimé du tout. Malgré quelques très jolis passages – les solos notamment – et la virtuosité du quatuor de danseurs, j’ai trouvé pas abouti et finalement très moyen.
Laisser la danse et ses interprètes épouser complètement la musique est une très bonne idée, cela donne une fluidité incroyable aux mouvements, mais cela ne suffit pas à créer une œuvre originale. Le morceau nous a paru bien faible par rapport aux deux pépites de Forsythe.

___________________________________________________

Une intéressante critique du New York Times (en Anglais donc)

Une réflexion sur “Forsythe… bis

  1. Bilan mitigé donc… Et j’ai vu que tu n’avais pas aimé le Casse-Noisette de hier soir… Notre prochain spectacle sera Cendrillon, le ballet de Noël de l’opéra théâtre de Metz le 21 décembre. Nous y allons, une fois n’est pas coutume, tous les 4, et je me réjouis déjà. Nous n’y connaissons pas grand chose en ballets, mais la magie que dégagent les danseurs, la beauté des décors et des costumes, suffit à notre bonheur. Nous serions bien incapables de décrypter tout un spectacle comme tu le fais si bien. Mais, à force, peut être parviendrons nous à avoir un jugement plus sûr…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s