Au théâtre cette semaine…

Passage à l’heure d’hivers, grosses journées professionnelles, fatigue et stress, cette semaine était l’une de ces semaines où nous n’avions pas envie d’aller au théâtre le soir. Et manque de bol comme la précédente nous enchaînions deux spectacles: William Forsythe par le Semperoper Ballett de Dresde au théâtre de la Ville et « L’enlèvement au sérail » de Mozart à Garnier. Mais comme souvent dans ces cas-là, la vie est tendre et gentille avec nous, elle glisse un mi-cuit au chocolat à tomber dégusté juste avant un spectacle de danse classique contemporaine époustouflant et un opéra joyeux et moderne dirigé par un chef chouchou et écouté dans l’une des plus belles salles du monde. Mais reprenons dans l’ordre: « Steptext », « Neue Suite » et « In the middle, somewhat elevated » par la troupe du Semperoper Ballett de Dresde. Cette compagnie est a priori l’une des compagnies avec lesquelles William Forsythe aime particulièrement travailler et entretient un lien très fort. Cela se voit sur scène, c’est

read more Au théâtre cette semaine…

La semaine dernière à l’opéra de Paris

Cette année tous nos spectacles à l’Opéra de Paris sont concentrés sur la même période: en ce moment! La semaine dernière a particulièrement représentative de cette situation, nous avons vu un ballet et un opéra, rien que ça. Le ballet c’était « Rain » de Anne Teresa de Keersmaker – l’un de mes ballets favoris – que nous avions vu il y a 3 ans. Comme la première fois j’ai passé 1h10 totalement subjuguée par tout ce ballet: la musique totalement incroyable et hypnotisante (mais peut-être stressante pour ceux qui n’aiment pas l’idée de répétition) ; la chorégraphie tellement libre, joyeuse, vibrante ; les costumes de Dries Van Noten si beaux qu’on aimerait pouvoir les enfiler. Revoir le ballet m’a permis d’en approfondir la (ma) lecture: l’allégorie de l’amour, une certaine idée de la vie et de l’existence… C’est tellement agréable de voir le ballet de l’opéra de Paris danser ces mouvements tellement loin de ce qu’ils sont habitués à travailler. Je

read more La semaine dernière à l’opéra de Paris

Two cigarettes in the dark

Avant de vous parler de ce premier spectacle de notre saison 2014-2015 je voudrais partager avec vous ma petite résolution à moi-même: partager avec vous chacun des spectacles que nous verrons cette année. La saison dernière a été très légère en termes de comptes-rendus et je trouve ça dommage. Alors voilà, croisons les doigts pour que j’aie l’énergie nécessaire pour tenir ma plus après chaque spectacle. Nous avons achevé la saison dernière avec « Palermo, Palermo », spectacle spectaculaire et ébouriffant de la toujours magique Pina Bausch. C’est avec elle qui nous démarrons cette saison, à l’Opéra de Paris cette fois, pour un spectacle tout aussi ébouriffant et au démarrage assez perturbant. La troupe de Pina Bausch à l’Opéra de Paris, voilà qui est rare, exceptionnel même – la compagnie est plutôt une habituée du Théâtre de la Ville – et alléchant. La modernité, la loufoquerie et l’irrévérence de Pina Bausch sous les ors de Garnier. Le public risque d’être un peu

read more Two cigarettes in the dark

Il suffira de « Signes »

Pour Mr Papillon ce n’est rien de moins que le plus beau ballet qu’il ait vu (et il commence à en avoir vu un certain nombre!). Pour moi c’est probablement celui qui m’a fait le plus sourire, le plus rire. L’un de ceux qui m’a le plus émerveillée, sans aucun doute. Tout est réussi dans ce ballet: la chorégraphie, les décors et les costumes, la musique, l’histoire. Les signes dans l’histoire et le monde, tel est le récit que Carolyn Carlson présente sur scène en quelques tableaux tour à tour solennels, amusants, étonnants, impressionnants ou romantiques. A son service la fabuleuse troupe de l’opéra de Paris, Emilie Cozette et Hervé Moreau en tête. J’ai eu l’impression de faire un rêve éveillé pendant l’heure et demie que dure le ballet. Arrivée à l’opéra Bastille en courant, hagarde de ma journée de boulot que j’avais laissée en plan au milieu d’une tâche, le cerveau en mode essorage à 1500 tours, j’ai eu

read more Il suffira de « Signes »

Béjart, Nijinski, Robbins, Cherkaoui et Jalet sous le ciel de Chagall

Je ne sais pas comment ils font. Plus le temps passe et plus les spectacles composés par l’équipe de l’opéra de Paris m’enchantent et me bouleversent. Jeudi dernier j’ai terminé le sublime « Boléro » de Cherkaoui et Jallet la gorge nouée par l’émotion, les larmes au bord des yeux (et je sais depuis que je ne suis pas la seule), totalement subjuguée et très émue par la beauté de ce que je venais de voir. La base de ce spectacle était de nous présenter la manière dont des grands noms de la chorégraphie contemporaine (du début du XXème avec Nijinski, jusqu’à aujourd’hui avec Cherkaoui et Jalet) vivent et expriment la musique. Classique, la musique. Balade musicale, promenade à travers l’histoire et la richesse de la danse contemporaine… Un délice éminemment intéressant et instructif, notamment pour un apprenti de cet art comme Mr Papillon. Il est rare de voir dans de telles conditions deux interprétations de « L’après-midi d’un faune ». Tout le monde

read more Béjart, Nijinski, Robbins, Cherkaoui et Jalet sous le ciel de Chagall