Marilyn et le labrador

On continue notre semaine cinéma 🙂

Alors que je continue à batailler avec mon « Blonde » et la vie romancée et fantasmée de Marilyn, a eu lieu au cinéma Mac Mahon un joli festival consacrée à l’actrice.

Étant absents le week-end dernier nous nous y sommes rendus vendredi après-midi, pendant que nous faisions l’école buissonnière. Au programme: « Bus stop » de Joshua Logan, un film inconnu pour Mr Papillon et moi.
Bien sûr j’en connaissais le titre, savais combien il avait été important dans la carrière de Marilyn, mais je ne l’avais jamais vu.

Il fait partie de ces films auxquels le temps fait du mal, à cause de la société qu’ils décrivent. Mais c’est aussi tout leur intérêt: donner à voir ce qu’Hollywood avait dans la tête et donnait à voir à son public à la fin des années 50.
Et là il n’y a pas le filtre que l’on trouve dans une série comme MadMen qui porte un regard extrêmement critique sur cette société et ses valeurs (mais comme l’imbécile qui s’abîme dans la contemplation du doigt qui montre la lune, nous n’en avons retenu que les looks et le charme de bobonne à la maison, mais c’est un autre problème :-)), nous voyons l’Amérique des années 50-60 par elle-même.

L’Amérique profonde des années 50 est donc virile au ridicule, forte, musclée, saine et boit du lait.
Bien sûr elle ressemble à un labrador idiot et mal dressé lâché dans un magasin de porcelaine, mais elle est attachante, positive, en mouvement, elle progresse, elle protège. Et surtout elle est prête à pardonner à ses gourgandines qui ont eu un peu trop d’amoureux, voire à les épouser (quelle mansuétude!!).

Car évidemment le rôle de Marilyn est celui d’une ravissante et adorable idiote au grand cœur et à la naïveté encore plus grande (comme son décolleté en fait), jeune femme aux mœurs discutables pour l’époque (elle chante dans un saloon et a commencé à embrasser les garçons à 12 ans), mais elle a l’air tellement adorable qu’on ne peut que succomber.
Norma Jean jouant Marilyn jouant Chérie qui veut qu’on l’aime, qu’on la respecte, se marier et fonder une famille. Ou aller se faire découvrir à Hollywood, tout dépend des hommes qu’elle croise.
Quand on connaît un peu l’histoire de Norma, qu’on lit le roman de Oates, on ne peut que trouver ce film intéressant.
Il faut juste laisser sa féministe intérieure au vestiaire, le regarder comme ce qu’il est: une comédie hollywoodienne des années 50.

Parce qu’il est fatigant à entendre et écouter le joli Beauregard. Entre ses hurlements, ses comparaisons entre femmes et têtes de bétail, ses prises de femelle au lasso et son incapacité à respecter qui que ce soit, tout en aimant beaucoup tout le monde, on a juste envie de le renvoyer faire un somme dans sa niche!
D’ailleurs à noter qu’on considère acceptable de dresser un jeune homme un peu vif comme un animal: en le matant et en lui tapant dessus. Par un professionnel de la lutte, certes, mais quand même!

Et puis peu importe la qualité et l’intérêt du film, il reste Marilyn, son teint de lune blanc et nacré, ses beaux yeux, son sourire irrésistible, sa manière tellement sexy de marcher, bouger, parler (tout… Je crois que quand Marilyn le décidait se moucher pouvait devenir sexy)… Spectacle absolument incroyable!
Je regrette d’avoir manqué les projections de « Niagara », elle y suinte le sexy toxique et dangereux comme aucune actrice n’a su le faire depuis.
Et on peut admirer le travail de maquillage tel que Marilyn et Whitey l’ont conçu et Lisa Eldridge raconté, juste sublime!!

Je vous le dis les amis, surveillez la programmation du Mac Mahon, il y a toujours de très bons films à y voir.
A la fin de cette semaine ce sera « Propriété interdite » de Sidney Pollack avec Natalie Wood et Robert Redford, inspiré d’une pièce de Tennessee Williams, avec Coppola (entre autres) au scenario. C’est là que je serai vendredi soir!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s