La porte à côté

Juste avant de partir pour le théâtre j’ai lu la critique de la pièce sur le site de Télérama. Une boucherie, ils ont détesté. La pièce et le public de la pièce je crois. Deux heures plus tard je sortais du théâtre enchantée, très joyeuse et en me disant qu’on venait de prendre Télérama en flag’ de Téléramaïte aigüe. Et du coup ça m’a fait encore plus rire. Je voulais voir cette pièce parce que je rêvais de voir Emmanuelle Devos sur scène. J’adore cette comédienne, et je crois que j’aime aussi la femme qui se cache derrière (son interview dans Eclectik m’avait beaucoup beaucoup plu). Et puis évidemment j’adore Edouard Baer, mais qui n’aime pas Edouard Baer?? C’était donc un peu « peu importe la pièce, les chouchous sont dedans » lorsque j’ai pris les billets. Évidemment une comédie est toujours un peu casse-gueule au théâtre. Trouver l’équilibre, la justesse, éviter la caricature et le ridicule n’est jamais simple. Mais vous

read more La porte à côté

Paris, 1er Février 2013

Cette soirée du 1er février était de celles que j’appelle mes « soirées de rêve ». Une grande dose de culture partagée avec Mr Papillon, avec sa petite dose d’imprévu et d’étrange, comme seul Paris peut les offrir. Une soirée au théâtre suivie de – peut-être – un dernier salut aux toiles d’Hopper si nous arrivions à entrer au Grand Palais ouvert en continu pour les dernières heures de la rétrospective consacrée au peintre américain. La seule perspective d’apercevoir la silhouette du Grand Palais dans la nuit me fait plaisir tant ce palais au toit de verre est enchanteur. Évidemment Edouard Baer et sa joyeuse troupe nous ont enchantés et fait rire aux éclats de leur loufoquerie et décalage intelligents, évidemment. Comme Fabrice Luchini, Edouard Baer excelle dans l’art de nous faire croire que tout est improvisé ou presque et c’est toujours un petit bonheur à voir. C’est drôle, amusant, pince-sans-rire, ça appuie gentiment là où ça fait mal, c’est tendre et

read more Paris, 1er Février 2013

Miam Miam… Miaaam !!!!

Titre totalement débile, je le concède, mais tellement tentant après le régal qu’a été le Miam Miam d’Edouard Baer (au théâtre Marigny). En vieillissant j’ai développé un véritable goût pour l’absurde, le fou, l’un peu dingue, le « bien débile ». Les mouvements surréalistes et dadaïstes m’enthousiasment et les expositions qui y sont consacrés m’enchantent. Il me paraît donc assez logique que j’adore des comédiens et amuseurs comme Fabrice Luchini et Edouard Baer. Le premier, je vais le voir début Octobre au théâtre de l’Atelier et je compte presque les jours. Le second, je viens d’avoir le plaisir de le revoir la semaine dernière dans son succulent « Miam Miam ».

Le pedigree de Mr Baer

Il y a tant de choses que je dois vous raconter, et je manque tellement cruellement de temps ces jours-ci. Une fois encore j’ai trop de boulot. J’en promène avec moi dans le métro, en rapporte à la maison le soir et le week-end, il m’empêche un peu de dormir parfois. En conséquence j’écris moins, ce blog me manque, les idées s’accumulent… et je suis frustrée. Mais j’arrête de me plaindre et vous parle d’un spectacle vu il y a quelques semaines et que j’ai beaucoup aimé: Edouard Baer interprétant « Un pedigree » de Modiano, tout seul sur scène, au Théâtre de l’Atelier. « Un Pedigree » est une œuvre incroyablement intime dans laquelle Patrick Modiano fait le récit de sa vie, jusqu’à ce qu’il soit publié. Il y raconte sa vie, de sa naissance d’humain à sa naissance d’auteur. Il y raconte sa maïeutique d’auteur (désolée pour ce gros mot, mais je le trouve très beau). C’est fort, très émouvant, fascinant. Je

read more Le pedigree de Mr Baer