Le concerto « Jeunehomme »

Depuis que nous sommes rentrées de vacances début Août mes semaines professionnelles ne sont pas très faciles et s’achèvent dans la fatigue et le stress. Avec la rentrée le phénomène tend à s’amplifier, et vendredi dernier en me levant j’ai très clairement pratiqué le cardio méthode Motin.
Notre dîner avec un collègue d’Aymeric et son épouse fut un délice tant par la conversation que par les papilles, mais lorsque nous nous sommes couchés j’ai littéralement sombré dans le sommeil, totalement épuisée.

Samedi matin je me suis réveillée de méchante humeur et avec un vilain mal de tête, deux symptômes de fatigue chez moi. Le programme de la journée n’était que plaisir: un goûter à la maison avec mon amie C., son amoureux et son fils, puis un concert au Théâtre des Champs Elysées.
Notre goûter fut une réussite et nous a rassuré sur un point important: petite Nel n’a pas peur des enfants. Mieux, elle a adoré jouer avec L. et le pompon qu’il lui a offert!
Evidemment cela fait un bien fou à mon humeur, faute de faire passer ce fichu mal de tête. J’ai eu beau faire la sieste, je suis partie au théâtre avec ce qui ressemblait de plus en plus à une migraine. Fichue fatigue!

Le programme de la soirée était la symphonie n°31 en ré majeur (K. 297) dite « Paris » et le concerto pour piano et orchestre n°9 en mi bémol majeur (K. 271) dite « Jeunehomme » de Mozart et la symphonie n°4 en la majeur op. 90 dite « Italienne » de Mendelssohn. Je l’ai réservé car je ne connaissais pas ce concerto « Jeunehomme » de Mozart et avais très envie de l’entendre, surtout que le pianiste qui accompagnait la radiophilarmonie de Hanovre était Alexandre Tharaud avec qui nous avions vu en Juin dans la même salle.

B4C349E7-BB78-4E76-90E5-D50743C5780B

La symphonie n°31 est magnifique, mais ce n’est pas l’une de mes oeuvres de Mozart préférées. L’interprétation de l’orchestre dirigé par Andrew Manze était superbe, mais ce ne fut rien en comparaison du concerto « Jeunehomme » qui a suivi.
Mon Dieu quelle merveille!
Mozart l’a écrit pour (ou sur la commande de, on ne sait pas) une demoiselle Jeunehomme, pianiste virtuose française rencontrée à Salzbourg. L’oeuvre étant d’une beauté et d’une virtuosité dingues, je me dit qu’il l’a sans doute écrit pour une jeune femme qui a fait battre son coeur.
Je suis émotive, et face à de la belle musique plus encore. Je me suis donc retrouvée en larmes en écoutant l’andantino qui frôle le tragique dans sa tristesse.
Mais Mozart étant Mozart, le rondo qui suit est plein de vivacité et joyeux et j’ai vite séché mes larmes.

20B7D771-6039-49BB-BD6D-56A1867D87AF

Ajouter la virtuosité et la subtilité du jeu d’Alexandre Tharaud au l’interprétation magnifique de la radiophilarmonie de Hanovre est une combinaison très très réussie.
Ce concerto est un dialogue entre le piano et l’orchestre, et l’un et l’autre se mettent en valeur, c’est superbe à écouter, et incroyable à regarder.
De notre baignoire nous avions une vue imprenable sur les mains d’Alexandre Tharaud. Nous avons eu l’impression qu’elles ne faisaient qu’effleurer les touches du piano, dansant gracieusement sur le clavier et produisant la musique la plus délicieuse qui soit.
Ce concerto a été un instant merveilleux, qui m’a fait oublier que ma tête me faisait souffrir le martyr.

La symphonie n°4 de Mendelssohn a été un enchantement, j’ai adoré la version de l’orchestre de Hanovre, vive, gaie, enlevée. C’est bien simple, si Mozart a soigné ma migraine, Mendelssohn a fini de me remettre sur pieds.

6E122E21-0EC2-4D4F-AEC7-5D3195043BED

Après une telle soirée j’ai évidemment dormi comme un bébé.

A surveiller chez votre disquaire préféré: le nouvel album d’Alexandre Tharaud a enregistré le concerto n°9 « Jeunehomme » avec d’autres artistes avec qui il aime visiblement travailler.
Et probablement un jour prochain un disque avec tout ou partie de ce que nous avons écouté samedi soir car le spectacle était enregistré.

4 réflexions sur “Le concerto « Jeunehomme »

  1. comme je te comprends pour le Concerto n°9 (dont j’adore aussi le Minuetto cantabile de la fin)… Moi je me mets les 9, 19, 20 et 21 de Mozart en boucle et mon moral va tout de suite mieux… Sans compter bien sûr l’Adagio du n°23 (Le Parc de Prelejocaj)
    Y a le 17, aussi: gros souvenir d’une chorégraphie que j’avais eu la chance de danser sur la scène du théâtre de Pise (il y a… plus de 26 ans!!), couplé à Innuendo de Queen (si , si, c’était à avoir les frisson). on l’avait dansé à partir de la minute 14:26, là:

    depuis, ce morceau me fait toujours autant d’effet….(peut-être mon passage de concerto préféré… avec l’Adagio du 23 du Parc
    Mais bref, je suis ultra mega fan des concertos pour piano de Mozart!!! (ceux de St Saens aussi ne sont pas mal…mais ça ne vaut pas Mozart)

  2. je me souviens, l’extrait du concerto n°17 (tout calme et si sublime) de Mozart s’arrêtait, et ça enchaînait sur ça, une autre forme de sublime, l’un valorisant l’autre:

    (effet choc sur le public et frissons des danseurs, je me souviens encore de l’émotion de ce contraste… ça allait super bien ensemble…)

  3. vivre et danser ces musiques m’a d’autant plus marquée, que c’était au printemps 1991, puis je rentre en France et Freddy Mercury est mort 6 mois après l’avoir dansé… Du coup je n’oublierai jamais ce spectacle. Bref, tout ça pour dire que Queen ou Mozart, la musique adoucit les moeurs, la vie, les souvenirs (et les maux de tête, j’espère?) 🙂

  4. Si cela vous a émue aux larmes… alors je me dois d’aller écouter cela pour comprendre à quel point cette interprétation est impactante !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s