Lectures bahamiennes

20140207-203347.jpg

Partir en vacances avec comme objectif « ne rien faire », voilà quelque chose que je découvre juste.
Jusqu’à l’été dernier je ne savais pas faire, j’avais oublié le farniente complet, ce sont mes vacances bretonnes pleines de soleil avec Hélène qui m’ont rappelé ce que cela pouvait être et à quel point cela faisait du bien.
« Ne rien faire » était donc le mot d’ordre de notre séjour bahamien.
Dormir, regarder l’océan, faire un peu de bateau, un poil de snorkling, siroter des cocktails, regarder le soleil se lever et se coucher, chercher des coquillages, trouver au moins un poppet (ie une mignonne bestiole) par jour, et lire, lire, lire…

Nous sommes donc partis avec nos panoplies de plage, un joli paquet de livres et un iPad mini fraichement acheté rempli de livres électroniques.
J’ai dévoré le premier – « Death on the Devil’s Acre » – dans l’avion à l’aller. Cela m’a presque fait oublier combien je détestais les vols charter (mais quelle invention à la noix !!)(j’ai arrêté de geindre instantanément lorsque j’ai vu que nous allions atterrir sur l’eau turquoise et le sable blanc) et que 9 heures d’avion n’était pas un traitement adéquate de l’être humain, surtout quand on l’a levé à 4h du matin.

C’est ma sœur qui m’a fait découvrir les romans victoriens de Anne Perry.
Je ne sais pas si je les aimerais autant si je les lisais en Français, mais dans leur version originale ils m’hypnotisent littéralement, impossible de les lâcher, je me mets à lire compulsivement (et le fait de les avoir simultanément et de manière synchronisée sur mon téléphone et la tablette empire le truc).
En bonne fan de Jane Austen et Agatha Christie, j’aime forcément me retrouver à l’époque victorienne dans laquelle se situent les romans de la série « Charlotte & Thomas Pitt ». Quoi de plus délicieux que chasser le criminel au milieu de la bonne société londonienne ?

Meet the Ellison Family, membre de la haute bourgeoisie londonienne quelque part dans les années 1860.
Le grand objectif des trois filles de la famille est de faire un beau mariage. C’est chose faite pour Sarah, l’aînée qui a épousé le séduisant Dominic, aux deux cadettes d’en faire de même. Emilie, la petite dernière et fine mouche devrait y parvenir sans peine et haut la main. Pour Charlotte par contre, avec son esprit vif, son autonomie et sa langue trop bien pendue, la partie s’annonce plus difficile. Les jeunes femmes à l’intelligence trop fine et à l’esprit trop indépendant ne sont pas du tout du goût des hommes bien nés, et celles qui lisent le journal ou s’intéressent à la politique, non plus.
Survient un meurtre par strangulation dans le joli quartier où réside la famille Ellison et l’inspecteur Thomas Pitt entre en scène.

Je vous laisse découvrir le détail de chaque intrigue, mais sachez qu’en une semaine de bullage intensif sur notre île déserte j’ai lu ensuite « Cardington Crescent« et « Silence in Hanover Close« .

Mais il n’y a pas que Anne Perry dans la vie, il y a Agatha Christie et François Garde aussi.
Notre amie Cécile m’avait recommandé de relire « Le major parlait trop » dont l’intrigue se passe aux Antilles toutes proches de notre destination. C’était en effet une lecture parfaitement adaptée à la plage et au club de vacances avec son drôle de petit microcosme.
J’avais aussi chargé « The mysterious affair at Styles« , un classique de la reine du crime, en VO pour savoureux l’anglais so petit nègre d’Hercule Poirot (pardonnez moi cette expression aussi désuète que politiquement incorrecte mais qui m’amuse infiniment. Dans le cas de Poirot on devrait parler de « petit belge », pas plus politiquement correct me direz-vous).

Quant à « Ce qu’il advint du sauvage blanc » de François Garde, c’est bien simple: un bijou.
Mr Papillon et moi avons adoré ce très beau premier roman offert à Noël par Mélie Zolie.

Le sauvage blanc, c’est Narcisse Pelletier jeune matelot oublié par son navire sur une plage australienne. Il n’a que 18 ans, il va devoir apprendre à survivre, ou périr.
Le sauvage blanc c’est l’étude et le récit imaginaire – bien qu’inspiré de faits réels – qu’en fait Octave de Vallombrun.
Une rencontre incroyable, une aventure extraordinaire, un roman joliment écrit qui se dévore en quelques heures tant on n’arrive à s’en détacher.
LA belle lecture de nos vacances, le roman que nous avons envie de partager et offrir à notre tour!

J’avais également emporté « 22.11.1963 » de Stephen King mais ne l’ai pas avancé plus que quelques chapitres.
C’est mon premier roman de cet auteur culte, sur l’un des événements du XXème siècle qui me passionne le plus, mais pour l’instant la lenteur de son récit me rebute un peu. Il faut que je me force un peu, lorsque l’action aura vraiment débutée je pense que cela me plaira beaucoup.

Bonnes lectures!!!

___________________________________________
La liste des ouvrages:
« Death in the Devil’s Acre » Anne Perry
« Cardington Crescent » Anne Perry
« The mysterious affair at Styles » Agatha Christie
« Silence in Hanover Close » Anne Perry
 » Le major parlait trop » Agatha Christie
 » Ce qu’il advint du sauvage blanc » François Grade

8 réflexions sur “Lectures bahamiennes

  1. J’aimais bien les polars victoriens d’Anne Perry mais je me suis un peu lassée de la petite épouse parfaite (Charlotte).Néanmoins j’ai passé de bons moments avec cette série (mais en VF malheureusement)

    • Du coup je fais une petite pause pour éviter l’overdose, car en effet se lasser des personnages assez typés est le grand risque. Je suis en train de lire « The wold of Wall Street », c’est très… dépaysant 😉

  2. pour moi ne rien faire est l’essence même des vacances;-) pouvoir lire sans se soucier du temps fait que je peux me sentir véritablement en vacances même chez moi…

    • Je suis bien d’accord, la lecture c’est vraiment LA bulle loin de tout, où que l’on soit. Moi c’est dans le métro que cela me fait m’évader de façon dingue (à en oublier les stations de métro et manquer mon arrêt)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s