Inconnu à cette adresse…

Mes petits chats je vous les dis, les prochaines semaines seront théâtre ou ne seront pas.
Je manque de temps pour demander à Mr Papillon d’immortaliser mes non-looks, alors nous allons échanger sur du théâtre (beaucoup!), des expos (pas mal) et de la danse (un peu). Et puis on va manger un peu aussi parce que la cuisine c’est aussi de la culture et beaucoup de plaisir.

(Merci miss Shali d’être toujours aussi fidèle au poste, ta 2-pattes ne peut pas en dire autant :-))

Mais revenons à nos moutons… nos acteurs plutôt, et arrêtons de déconner, il se trouve que Mr Papillon et moi avons assisté à quelques pièces qui secouent, méritent qu’on prenne un billet (enfin vous, nous c’est déjà fait) et que je vous explique pourquoi.

Je disais un peu plus tôt cette semaine que le théâtre aidait à vivre. Je le redis.
Il permet aussi de faire notre devoir de mémoire (on reparlera de ça très bientôt), et il permet de ne pas oublier certains événements que nous connaissons bien mais dont nous ignorons souvent l’actualité terrible ou la présence tapie dans l’ombre de notre société.

« Inconnu à cet adresse » est une échange de lettres entre 2 amis vivant de chaque côté de l’Atlantique, entre 1932 et 1934.
Max vit à San Francisco et est de confession juive ; Martin a quitté les États-Unis pour rentrer en Allemagne avec sa famille.
1932… la crise s’est abattue sur tous les pays occidentaux, l’Allemagne toujours sous le coup de sa défaite en 1918 souffre encore plus cruellement, l’ascension d’Hitler est en cours.

Voilà ce dont se parlent les 2 amis dans leurs lettres. Max s’inquiète de ce qu’il entend au sujet de l’évolution politique de l’Allemagne, Martin s’interroge sur les qualités d’Hitler et sur les bienfaits supposés qu’il peut apporter à l’Allemagne…

Les échanges entre les deux amis sont tour à tour émouvants, drôles, tragiques, effrayants, parfois glaçants.
Ils sont terribles car ils nous ramènent à notre statut de petit grain de sable dans la grande Histoire, ils nous ramènent à la petitesse et la médiocrité de l’âme humaine. Sa fragilité aussi.

Ça bascule vite un être humain, ça trouve vite les excuses pour renier ses principes, oublier son histoire.
Ça devient vite un enfoiré de la pire espèce, comme ça,sans presque s’en rendre compte.

C’est la force de cette pièce, c’est toute son universalité. Si nous ne restons pas en veille active, si nous ne gardons pas les yeux grands ouverts, si nous ne gardons pas notre conscience toujours alerte et aiguisée, alors facilement nous nous égarons, facilement nous acceptons l’inacceptable, facilement nous trouvons des excuses à la monstruosité, à l’intolérance.

En sortant du théâtre Mr Papillon avons repensé à des choses entendues lors de la campagne présidentielle de Mai, à ces choses entendues ces jours-ci lors de la campagne présidentielle américaine. Lorsqu’il a peur l’humain devient vite effrayant.
Nous devrions penser à Max et Martin plus souvent…

La pièce se joue au théâtre Antoine (écoutez ce feuilleton radiophonique de France Inter pour en connaître l’histoire passionnante!) jusqu’au 1er Décembre avec Elie Semoun et Jean-Paul Rouve (nous l’avons vue avec Stéphane Guillon et Gaspard Proust).

Bon spectacle!!

♫♪♫ Un goût sur tes lèvres ♪♫♫

2 réflexions sur “Inconnu à cette adresse…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s