Dans le Taman Negara

Vous avez eu le récit de notre arrivée dans le parc, ou presque. Il manque comme information qu’avant la pluie nous avons plutôt aimé notre balade en pirogue. Quand même! Trois heures c’est un peu long, mais c’est tellement magique de se retrouver dans la jungle qu’on ne se souvient de la durée de la balade que parce qu’on a un petit poil mal au postérieur.

Pour notre excursion dans le parc nous avons pris un « full package » auprès de l’agence Han Travel à Kuala Lumpur: transport, hôtel, restauration et plusieurs activités répartis sur 3 jours. Nous n’aurions pas forcément supporté un programme quasi militaire avec horaires hyper précis et organisation minutée beaucoup plus longtemps, mais ces trois jours ont eu le mérite de nous faire apprivoiser notre appréhension de la jungle, de ses bébêtes et des sangsues (3 mois que je psychotais dessus!!), de découvrir la jungle de manière instructive et ludique et d’en apprendre un petit peu plus sur le peuple Orang Asli (les tribus natives de Malaisie).

Nous n’avons pas de photo de notre « night jungle walk »car première prise de contact avec la jungle oblige, je n’ai pas voulu m’encombrer de l’appareil photo. Des photos de nuit n’auraient probablement pas été très réussies et j’avais assez à faire comme ça avec mes pieds, mes yeux et mes oreilles, ma lampe torche et ma trouille.

Promenade nocturne intéressante en terme de gestion de la dite trouille et très chouette du point de vue des découvertes: criquets, scorpions, cafards géants, beaux oiseaux aux couleurs vives gentiment endormis sur leur branche, Bambi, drôle de souris géante / raton laveur sans la queue d’écureuil, lézards, bref une bonne « chasse » en moins de 2 heures.

Vous connaissez la suite: nous avons regagné notre hôtel sous une pluie battante, cette première journée dans le parc aura été la journée de la soupe.

Le lendemain avaient lieu 3 des activités que nous attendions avec impatience: la « canopy walk », la petite randonnée jusqu’à Bukit Terisek et la visite au « village » Orang Asli.

En bonus nous avions une descente de rapides garantissant l’humidification intégrale des passagers du bateau. Bizarrement nous étions moyennement tentés.

Ma psychose de la sangsue était ce matin là à son comble, j’ai passé toute la matinée accoutrée de la manière la plus ridicule qui soit, mais diablement efficace pour éviter les petites suceuses de sang… qui se sont avérées rares, petites, et plutôt choupettes (si si!!)

La méthode française et la méthode chinoise, la vérité est quelque part entre les 2 🙂
Voici Leechie, notre petite sangsue
Leechie vs Big Foot

La « canopy walk » a été un plaisir sans borne. Nous avons adoré nous balader parmi les arbres (rarement leurs cimes car ils sont vraiment très très hauts pour la plupart) et circuler sur nos planchettes, loin des bipèdes terrestres. Si vous allez dans le Taman Negara, faites cette promenade, elle est fantastiques.

Stairway to Heaven

La randonnée jusqu’au point de vue de Bukit Terisek ne présente aucune difficulté particulière, si ce ne sont la température ambiante et les 300% d’humidité qui vous donne l’impression de randonner dans un hammam. Je crois que je n’avais jamais autant transpiré de ma vie… à part dans un hammam bien sûr.

Mes cuisses se rappellent encore de la descente en escalier naturel, pas difficile mais qui leur a rappelé qu’elles contenaient des muscles (des quoi ça?????) qui étaient sérieusement en manque d’exercice. Ça leur apprendra à être paresseuses!!

Après déjeuner nous avons eu le temps de passer à l’hôtel prendre une douche, nous changer et nous reposer un peu, sachant que l’activité de l’après-midi n’avait rien de bien sportif en perspective: 20 minutes de bateau avec éclaboussage en règle dans les rapides, visite de l’installation orang asli, re-bateau et éclaboussage sur le chemin du retour.

La descente de rapides s’est avérée très amusante, et a surtout permis d’admirer le talent de pilote de notre navigateur qui sait comment mouiller les touristes sans envoyer une seule goutte sur le guide ou sur lui-même!

Nous sommes arrivés dégoulinants au village orang asli, où nous avons dû très vite nous abriter, une énorme averse (encore une!) aillant éclaté.

Nous n’aurons pas beaucoup vu les huttes de la tribu, mais nous avons assisté à une jolie démonstration de fabrication de fléchettes à sarbacane et aurons bien discuté avec notre guide sur les particularités de ces différentes tribus, et des spécificités de la tribu habitant le parc. Passionnant!!

Petit stock de fléchettes

Un petit saut à l’hôtel pour se sécher et se changer, un dernier dîner chez Mama Cho – le « floating restaurant » utilisé par Han Travel – et notre séjour dans le parc s’achevait.

Nous sommes repartis le lendemain, par la route, en direction des Cameron Highland et de notre cottage anglais.

Pour l’organisation de notre visite nous sommes donc passés par l’agence de voyage Han Travel qui a son bureau de Kuala Lumpur installé dans Chinatown.

Nous avons séjourné à l’hôtel Rainforest Resort, à 10 minutes à pieds du cœur du Kuala Tahan. Comme la plupart des hôtels où nous avons séjourné ici, les chambres auraient bien besoin d’un petit coup de peinture car la chaleur et l’humidité ambiantes les abîment beaucoup, mais l’endroit était très calme, propre, avec un personnel absolument adorable. Le petit-déjeuner n’avait rien d’exceptionnel, mais était varié avec plats locaux ou œufs et saucisses à l’anglaise. Du thé et du café étaient à disposition en permanence sur la grande terrasse couverte du restaurant, pas grand-chose à demander de plus dans un endroit pareil.

Tous les déjeuner et dîners ont été pris au Mama Cho floating restaurant. Des plats très simples et assez basiques, mais bons et toujours préparés de frais.

Cette escapade dans la jungle restera donc un excellent souvenir, de ceux qui vous donnent envie de continuer à aller voir la jungle partout où elle se trouve, et qui nous rappellent combien nous devons préserver les merveilles de notre jolie planète.

Une réflexion sur “Dans le Taman Negara

  1. Tes photos me rappellent la Guyane, même si c’est à l’autre bout du monde il y a beaucoup de similitudes (à part les sangsues mais bon, il y a d’autres joyeusetés !). Pareil également pour la température et le taux d’humidité mais comme j’y suis restée 2 ans, j’ai eu le temps de « m’habituer ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s