Kate et Leo sont dans un bateau

revolutionary_road_1Oui mon titre est facile mais j’assume très bien.

Ca y est, miracle, coup de génie, agitage de baguette de la bonne fée, tout ce que vous voulez: les Papillons ont (enfin) remis les pieds dans une salle obscure.

Pour voir « Noces rebelles » de Sam Mendes. Au Mac Mahon s’il vous plaît. Nous avons vu le film que nous voulions voir depuis des semaines, dans la salle que nous voulions tester depuis des mois.

Je suis sûre que Shali a parlé cette nuit tellement tout ça tient du miraculeux magique.

Bon bref, Leo et Kate sont amoureux et ça ne finit pas bien. Le film de s’appelle pas Titanic 2, mais franchement il aurait pu. Sauf que ce n’est pas le bateau qui coule, c’est leur couple.

Je ne vous re-raconte pas l’histoire, tout est dit ici. Je vais donc juste vous parler des acteurs et du travail de Sam Mendes.

Comme tout le monde j’avais beaucoup aimé le couple romantique formé par Leonardo di Caprio et Kate Winslet dans « Titanic ». Ils étaient jeunes et beaux et une jolie alchimie se dégageait du duo.

titanic_1

Dans « Noces rebelles » les 2 comédiens ont mûri, leurs jeux se sont affinés, aiguisés et l’alchimie est plus belle que jamais.

C’est bien simple, je suis tombée amoureuse de ce couple qui devrait rester comme l’un des plus beaux couples du cinéma actuel.

Kate Winslet est effrayante de froideur hitchcockienne dans certaines scènes. Elle est parfaite dans son rôle de jeune femme ravissante piégée dans une vie qui lui fait horreur. On sent le désespoir et la folie la gagner tout au long du film, jusqu’à cette résolution finale si tragique.

revolutionary_road_2

Elle est vraiment une très grande actrice.

Quant à Léo, le beau Léo, et bien il endosse merveilleusement le costume du type ordinaire, un peu lâche, un peu trop passif mais qui pense un instant avoir un destin exceptionnel et se laisse prendre à son propre piège.

Malgré ses travers de pauvre type on ne peut s’empêcher de le trouver sympathique et on ne peut s’empêcher d’avoir pitié pour lui face à son chagrin immense.

Ils sont tellement justes, tellement vrais que lorsqu’ils s’aiment ou se haïssent et se déchirent on éprouve l’horrible impression de violer l’intimité du couple et on voudrait pouvoir quitter leur cuisine ou leur salon sur la point des pieds.

revolutionary_road_3

Kathy Bates et Mickael Shannon campent des Givings mère et fils plus terrifiants que nature. Les deux personnages sont très forts et presque caricaturaux dans le roman. Dans le film ils prennent toute leur ampleur, en perdant ce côté caricatural. Ils sont pour le moins refroidissants.

Le film est servi par un casting excellent, du premier au dernier petit rôle.

Mais ce n’est pas la seule qualité du film. Sam Mendes a littéralement porté à l’écran l’univers qui était né dans mon imagination à la lecture de « La fenêtre panoramique ».

Revolutionary road, la petite maison blanche et sa pelouse, la « picture window », la déco du salon, les bureaux Knox, tout est en ligne avec les créations de mon esprit.

Je n’ai que très rarement eu cette sensation en découvrant un film extrait d’un livre que j’ai aimé. Là je suis sortie de la salle comblée et boulversée.

J’ai adoré la manière dont Sam Mendes a traité les dernières scènes. Doucement, avec pudeur et beaucoup de simplicité. Elles n’en sont que plus fortes.

Un très très beau film qui va rejoindre notre dvd-thèque très vite.

2 réflexions sur “Kate et Leo sont dans un bateau

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.