image

Huit quatre-vingt sept

« Il est aussi connu que Molière là-bas. »
C’est ainsi que Mr Papillon m’a répondu lorsque je lui ai demandé s’il avait aimé « 887 » (à prononcer huit quatre vingt sept) alors que le public du Théâtre de la Ville applaudissait très chaleureusement Robert Lepage et son équipe de techniciens au terme de la représentation.
J’ai choisi ce spectacle pour lui.

Mr Papillon a étudié pendant un an à université de Laval à Québec et en porte encore régulièrement le t-shirt, avec tendresse et une vraie fierté je crois.
Il aime ce pays.
Grâce à Robert Lepage nous en connaissons maintenant un peu mieux histoire moderne.

Son spectacle est magique. Tout autant une maison de poupée qui raconte une histoire familiale très émouvante et finalement universelle que livre d’histoire qui nous raconte brillamment et intelligemment l’histoire du Québec, des guerres franco-britannique aux luttes des années 60.
J’ai repensé à ce que m’avait expliqué Hélène à son retour de Montréal en Juin.
Ce pays dans le grand Canada dont nous nous sentons si proche et pour lequel nous avons une tendresse immédiate mais que nous ne connaissons pas.
Une prochaine destination de voyage, sans aucun doute.

Nous avons tout aimé de ce spectacle: son texte qui nous promène entre petite et grande histoire, nous montre l’impact de l’une sur autre, nous fait découvrir la grande par le prisme et le regard de la petite. C’est extrêmement érudit et intelligent mais complètement accessible.
Sa mise en scène ensuite, la maison de poupée connectée s’ouvre sur une bibliothèque qui redevient maison de poupée, ou la cuisine de l’appartement de l’auteur. La mise en scène est sophistiquée et brillante mais paraît pourtant d’une simplicité enfantine, comme ce passage tellement émouvant ou Robert Lepage joue en ombre chinoise avec sa petite sœur Linda. Sa boîte à souvenirs fait s’ouvrir la notre.
Et puis lui enfin, son interprétation, sa présence, sa gentillesse et sa force. J’ai aimé sentir son émotion, sa nostalgie, ses petites névroses (foutue viande froide!), sa gourmandise, ses colères…
Je ne me suis jamais dit qu’il jouait, j’ai plutôt eu le sentiment  d’une étonnante discussion dans un salon un peu particulier (alors que l’œuvre est un monologue!).

Voici la jolie bande annonce:

 

Ce spectacle est extraordinaire, la meilleure manière possible de débuter notre saison 2015-2016. Je ne peux que vous recommander de le voir s’il passe chez vous.
Je crois qu’il n’y a plus aucune place disponible au Théâtre de la Ville, mais le spectacle sera à Lyon au mois de Novembre. Amis lyonnais vous savez ce qu’il vous reste à faire!

___________________________________________
887
Au Théâtre de la Ville
Jusqu’au 17 Septembre 2015

Au Théâtre des Célestins à Lyon
Du 13 au 21 Novembre 2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s