Château de carte

20140219-225730.jpg

Nous faisons partie de ces parisiens qui lisent Télérama sans avoir de télévision.
Le comble du snobisme diraient certains.

Que voulez-vous il y a de très bons papiers sur le théâtre, la musique et le cinéma dans Télérama, alors forcément cette revue nous intéresse.

Il y a quelques mois j’ai lu un excellent conseil dans les pages de Télérama: celui de regarder la série britannique originale qui a inspiré House of Cards.

Nous avons adoré la première saison de cette série qui restera probablement la plus belle claque télévisuelle que nous ayons eu en 2013, je me suis donc dit qu’il était impératif pour notre culture de découvrir les origines de la merveille.
Disons-le tout de suite, il va falloir que 2014 « works its ass off » pour nous donner une claque plus forte que celle que nous avons pris depuis quelques jours en visionnant ce House of Cards original made in UK.
Je m’attendais à découvrir une série poussiéreuse, datée, beaucoup moins cynique et incisive que sa petite-fille américaine, une série à des années lumières de ce qu’ont lancé Beau Williamson et David Fincher (le premier ayant indiqué en interview qu’ils n’avaient repris que quelques éléments par-ci par-là pour créer leur version)

Pas du tout.
Nos amis américains n’ont absolument rien inventé, rien créé. Ils ont purement et simplement repris la colonne vertébrale de la série britannique.
Tout est déjà là: le cynique sanguinaire prêt à tout pour assouvir sa vengeance, la femme glaciale et aussi dangereuse que son mari, les échanges directs avec la caméra, la partie d’échec autour du pouvoir avec un héro qui pense 10 coups à l’avance, les journalistes qu’il faut manipuler, etc. Je me suis demandée si certains dialogues n’avaient pas été repris tels quels.
Tout ce qui nous paraît aujourd’hui novateur date en fait de 1990.

L’apport significatif de la version américaine est le génial développement du rôle de l’épouse qui est trop secondaire dans la série originale et le fait que l’intrigue se développe en 13 épisodes plutôt qu’en 4.
Ne nous trompons pas, je continue à adorer la série US, la qualité de ses acteurs, la réalisation et l’atmosphère créées par Fincher, cela reste exceptionnel, mais pour l’innovation et l’acide il faut rendre à César ce qui appartient à César. Frank Underwood doit son essence même à Francis Urquart (je les imagine en père et fils, mon Dieu le cauchemar pour leurs adversaires!!).

Nous terminons la deuxième saison – sur trois – de House of Card BBC au moment où la deuxième de House of Cards Netflix démarre. J’espère que pour cette saison Beau Williamson aura vraiment écrit un scenario original et ne se sera pas trop inspiré de celui d’Andrew Davies, je pense ce monsieur trop talentueux pour continuer dans la veine du brillant remake (mais remake quand même).

House of Cards BBC est disponible en Anglais sous-titré en Anglais sur Amazon UK (suis même sympa, je vous ai mis le lien). Comme toujours avec les séries politiques en VO il faut un bon niveau d’Anglais et être prêt à s’accrocher un peu pour tout comprendre, mais cette mérite d’être vue tout autant que sa digne descendante américaine.

On me taxera peut-être de snobisme (encore!) ou de pisse-vinaigre qui crache dans la soupe.
Yes, you could say that. But I couldn’t possibly comment.

_______________________________________________________________________
P.S: Le premier qui me spoile ne serait-ce que 5 secondes de House of Cards Netflix saison 2, je lui lâche chaton énervée aux trousses!!
On ne peut pas encore pré-commander le DVD sur Amazon UK, c’est une honte.

P.P.S: Si vous aimez la Grande-Bretagne des années 80-90 je ne peux que vous conseiller la lecture de « Testament à l’Anglaise » de Jonathan Coe. Écrit à l’acide également, savoureux et passionnant.

6 réflexions sur “Château de carte

  1. j’ai beaucoup aimé la série américaine;
    telerama permet de regarder la tele autrement; bon moi je lis telerama mais j’ai la tele…ça doit être l’effet province 😉

    • Hu hu, « l’effet province », j’adore (moi qui suis évidemment une provinciale, hein, les parisiens de naissance sont assez rares ;-)).

  2. Ma foi,c’est un remake,pas grave.J’ai peine à imaginer un autre que Kevin Spacey dans ce rôle…
    J’ai vraiment beaucoup aimé la saison 1 (les apartés à la caméra m’ont fait mourir de rire!),la seule chose qui m’a un peu gênée: on sait que F.U. finit TOUJOURS par gagner,il va frôler la catastrophe,être au bord de la ruine (de sa carrière) etc mais il tirera toujours son épingle du jeu,écrasera toujours ses adversaires au dernier moment,du coup,ça manque d’un réel suspense,pour le moment en tout cas.

    • Bien sûr que ce n’est pas un problème que ce soit un remake, surtout aussi bon, c’est juste que je trouve juste de rentre à César ce qui appartient à César.
      House of Cards est une série fantastique, mais qui n’invente rien. Ce que l’on y trouve génial vient de la série originale et c’est ce qui est assez vertigineux quand on regarde la série de la BBC.
      Kevin Spacey est fabuleux dedans, et Ian Richardson tout autant dans la série originale, comme je l’indique, les imaginer en père et fils est très très tentant (même si évidemment Francis Urquart déteste les enfants et n’en a pas… comme Frank) 🙂
      Les 2 FU s’en sortent toujours, enfin pour le moment en effet. Nous sommes dans la saison 3 de la BBC, ça va un peu moins bien pour Francis, let’s see 😉

  3. je ne connais pas cette série mais tu m’allèches et du coup je suis allée voir sur Amazon. Juste une question de l’ignare que je suis: concernant Netflix, sais tu si je peux m’abonner bien que je sois chez Free? Il y a beaucoup de pub en ce moment mais a priori Free semble réfractaire. Du moins à l’intégrer dans son pack.
    Merci pour ces chroniques au style enjoué.

    • J’avoue, je ne sais pas du tout s’il est possible d’avoir Netflix quand on est chez Free, nous n’avons pas de télé et regardons les séries sur DVD sur notre ordi.
      Va voir sur le site de Netflix, ils donnent probablement des infos sur la manière d’accéder à leurs services.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s