Les Privilèges

Ils se marièrent, eurent de beaux enfants et vécurent très heureux jusqu’à la fin des temps.
Ainsi pourrait commencer « Les Privilèges » de Jonathan Dee. Ainsi commencent-ils. Vraiment.

Nous assistons au mariage de Cynthia et Adam. 22 ans, tout juste diplômés d’université, l’avenir devant eux, le monde à conquérir.
Ils sont beaux, très beaux même. Charismatiques. Séduisants.
Fous amoureux l’un de l’autre. Inatteignables et invulnérables lorsqu’ils sont ensemble.

Nous les suivons pendant 20 ans.
Leur amour, leurs enfants, leurs affaires, leurs emmerdes.
Ils ne sont pas antipathiques, loin de là, mais ils ne sont pas sympathiques ou attachants pour autant.

Fascinants plutôt, car ce que l’on découvre tout au long de ce roman fabuleusement écrit, c’est l’envers du rêve américain contemporain.
C’est comment se fabriquent ces familles parfaites avec business plan à 10 ans, comment se font ces fortunes hallucinantes grâce à des fonds spéculatifs, comment s’acquièrent ces gigantesques maisons des Hamptons.

C’est ce que coûte humainement cette réussite.
Oh ils ne tuent personne, ne sont pas des monstres ou des bandits.
Mais ils ne sont pas des anges non plus. Et donc ils fascinent, mais ne font pas envie.
Et leurs enfants encore moins. Les parents sont actifs, travaillent, gèrent leurs fortune et activité. Les enfants sont juste de parfaits exemples de ce qu’est la décadence de notre société. Gâtés à l’extrême ils sont juste pourris par tout ce que leurs parents leur ont donné. Inintéressants, vides, stériles. Un peu comme ces it girls présentées par le reportage d’Arte (j’ai adoré ce papier de Stéphanie!)

La seule chose que j’aime chez Cynthia et Adam, c’est leur couple et leur amour inconditionnel, fou, passionné.
On a l’impression que leur force, leur énergie inépuisable et leur envie de réussir viennent de là. Et qu’étonnamment (par rapport au reste de leur existence) cet amour les rend vraiment meilleurs.
Une sorte de belle lumière dans un roman en clair obscur…

Vous l’aurez deviné, j’ai adoré ce bouquin, dévoré en quelques jours et qui m’a fait sortir du métro en courant pour ne pas louper ma station tant j’étais absorbée par ma lecture.
Je vous le recommande donc très très chaleureusement. Et je me plonge dans « Avant d’aller dormir »…

3 réflexions sur “Les Privilèges

  1. encore en vacances, il est le prochain que je vais ouvrir, là maintenant ce soir car aujourd’hui j’ai donné la priorité à mes pinceaux plutôt qu’à mon livre
    je reviens donc dessus très vite car les vacances dans ce beau Luberon car je n’ai plus beaucoup de temps pour lire, à Paris peut être ?
    d’ores & déjà merci d’avoir continué à me mettre l’eau à la bouche 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s