Touche pas

À… Mon Porsche Cayenne, Mes vacances d’hiver à Saint-Barth, Mes cigares cubains, Ma table au Fouquet’s, Mes nuits au Baron, Ma cave de crus classés, Mes bouteilles de Roederer, Mes Berluti, Mes valises Vuitton, Ma Rolex (avant 50 ans évidemment), Mes skis à Megève, Mes invitations aux défilés de Zahia, Mon duplex avec vue sur la Tour Eiffel, Mes week-end à Deauville, Ma maison de famille à Saint-Jean-de-Luz, Mes chaises design, Mes costumes Slimane, Ma pute***. Messieurs ce que vous donnez à voir dans votre manifeste c’est l’étendue de votre néant intérieur, la vacuité et le ridicule de vos petites vies pseudo-bourgeoises et affreusement tristes. Vous voulez tout, tout de suite ; le monde vous est dû ; vous avez donc vous êtes, alors pourquoi pas des femmes pour pouvoir satisfaire vos petits désirs vulgaires et bons marchés. Mais bien sûr, il y a urgence, mettons en place des services de livraison à domicile en moins de 30 minutes, il

read more Touche pas

Femme et mère, telle est l’équation

Sur laquelle s’interroge Elisabeth Badinter dans son dernier ouvrage « Le conflit ». Pour être très honnête, j’attendais ce livre avec une impatience extrême depuis que j’avais lu un article à son sujet il y a quelques semaines. Pourquoi? Pour plusieurs raisons. D’abord Elisabeth Badinter est une femme que j’admire beaucoup, une féministe de la première génération à qui les filles de ma génération doivent énormément. Ensuite parce que le féminisme est une cause qui me parle. Enfin et surtout, son livre traite de questions que je me pose, moi, personnellement. En quoi consiste le rôle de femme, le rôle de mère dans notre société? Quels en sont les différents modèles existants, quelles en sont les composantes, quelles sont les « attentes » de notre société en la matière, comment ces rôles évoluent-ils et comment cela impacte-t-il la situation des femmes actuelles? Vaste sujet, oui, nous sommes d’accord. Et complexe en prime.

Pousser Nahn dans les orties…

Comme vous me voyez là, je suis remontée comme une pendule. Un vrai coucou suisse en colère. Pourquoi? Parce qu’hier soir j’ai lu cet excellent billet de Frieda et me suis une fois de plus demandé dans quel pays je vivais. Le « une fois de plus » a été la goutte d’eau qui a déclenché le coucou…encore toutes mes excuses Mr Papillon! Et bien je vis dans un pays où une femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son compagnon.  Dans un pays où une chanson intitulée « Sale pute » ne fait réagir personne à part des bloggueuses et 2 femmes politiques (Marie-Georges Buffet et Valérie Letard, la secrétaire d’état aux solidarités). Et visiblement dans ce pays il y a des gens qui produisent, promeuvent et vendent les disques d’un « artiste » dont les textes sont d’une médiocrité telle que je ne voudrais même pas essuyer mes escarpins dessus. Même si j’avais mis les pieds dans la litière du chat.