Ionesco, suite

J’aime décidément beaucoup ces metteurs en scène qui suivent un même fil conducteur pendant plusieurs années mais qui savent aussi « lâcher prise » et nous donner à voir – même un petit peu – leur petit laboratoire personnel. Emmanuel Demarcy-Mota, le génial directeur du Théâtre de la Ville est de ceux-là je crois. Voilà plusieurs saisons que nous admirons et apprécions son travail de mise en scène, et cette saison est la deuxième (et non la seconde, j’espère qu’il y aura une suite!) où nous le voyons travailler du Ionesco. Son « Rhinocéros » nous avait beaucoup plu, j’étais curieuse de voir ce qu’il ferait ensuite avec cet auteur fantastique mais totalement délirant. Point de pièce dans son ensemble cette fois-ci, mais un extraordinaire pot pourri constitué d’extraits de plusieurs pièces. Emmanuel Demarcy-Mota a travaillé avec quelques uns de ses comédiens favoris, avec qui il travaille depuis de nombreuses années, l’objectif étant de créer une pièce à 14 mains, plus la tête de

read more Ionesco, suite

Le roi se meurt, vive Michel Bouquet!

S’il y a une chose que j’aime par dessus tout en vivant à Paris, c’est la possibilité de voir de très grands comédiens jouer sur scène. C’est une chance que je savoure à chaque fois que je vais au théâtre ou presque. Surtout ne jamais devenir blasée, continuer à apprécier, goûter pleinement et apprécier ce moment magique à sa juste valeur. En ce moment à la Comédie des Champs-Elysées se joue « Le roi se meurt de Ionesco« . 100 représentations, avec Michel Bouquet et Juliette Carré (son épouse viens-je de découvrir). Mr Papillon ne comprenait pas forcément très bien mon insistance à prendre des places pour cette pièce et je crois que c’est davantage l’idée de Ionesco que de Bouquet qui l’a emporté. A la fin du spectacle je crois qu’il a compris mon attachement pour ce comédien incroyable.