Nettoyer la chaussurothèque

L’idée a germé dans ma tête lorsque je me suis retrouvée coincée à la maison et au lit à cause d’un lumbago.
N’ayant rien d’autre à faire que d’avancer ma lecture de « L’art de la simplicité » et de noter toutes les idées de simplification, tri, rangement et autres vidages de dressing qui me passaient par la tête, j’ai fini par noter dans ma liste: « photographier shoes + mini-pola ».

Et classer toutes ces petites choses par genre.

Facile à dire, un petit plus difficile et long à réaliser.
En résumé: il me faut un week-end complet très tranquille afin de sortir toutes les boîtes d’un type de chaussure (sandales, ballerines, salomés, etc), les photographier, poladroïder chacune des photos, les imprimer, découper et coller sur chaque boîte avec quelques morceaux de masking tape.

Immanquablement ouvrir toutes les boîtes afin d’en photographier le contenu m’a permis de redécouvrir mes chaussures.
Retrouver les paires oubliées bien sûr, mais surtout – et c’est là la surprise – réaliser que je n’aime plus du tout certaines d’entre elles.
Qu’elles ont mal vieilli, qu’elles étaient juste à la mode et n’ont pas supporté le temps qui a passé.

Petit choc pour moi qui ai l’habitude de dire que j’aime absolument toutes mes chaussures et que ma tendresse pour elles ne varie pas.
Et bien si. Et c’est normal finalement.
Comme ces vêtements longtemps chéris, vient un jour où l’on réalise que nos goûts ont évolué, que notre silhouette a changé et qu’il est temps que ces objets entament leur seconde vie.
J’ai aussi réalisé qu’il fallait vraiment que je revois ma manière d’acheter mes chaussures (si tant est que j’en ai besoin vu les 150+ paires de la maison) et que je continue à cultiver mon goût pour les chaussures un peu extraordinaires mais finalement intemporelles, comme le savant équilibre trouvé par Miss Winship

Coupe classique, un petit peu rétro, mais dans des matières et coloris et assortis de détails originaux.
Infaillible avec une tenue basique au dessus, on ne regardera plus que vos pieds!

Vite fait, quelques unes des paires « trésor » dont je ne pourrai – je pense – jamais me séparer…

De haut en bas: mes Ronron Louboutin ♥♥♥, mes chaussures de mariée ♥♥♥, mes Ungaro couleur de friandises, mes Miu Miu multicolores et qui ont fait la couverture de Elle (oui, oui, je sais… ce sont mes premières paires un peu folles!).
On peut ajouter toutes mes ballerines Repetto et toutes mes Annabel Winship. On dit que je vous fais des billets pour vous montrer l’ampleur de ma névrose? 😉

7 réflexions sur “Nettoyer la chaussurothèque

  1. parfois c’est vrai le tri s’impose (les Miu Miu m’inspirent particulièrement); moi je sais qu’à une cinquantaine de paires, j’ai un peu de tout pour tout faire, au delà le double emploi commence, et du coup 50-55 paires, ça me suffit (et ça commence à faire)

  2. Quelle bonne idée 😉 J’aime particulièrement le ruban collant tout mimi que tu as utlisé! 150 paires…. wow… j’ose pas trop faire l’inventaire des miennes, surtout qu’il y a surtout des achats ratés ;P

  3. elles sont toutes, belles, belles, belles comme le jour
    vraiment, gros coup de ♡ pour les sublimes miu miu de mariée
    et annabel winship qui pour moi sont ta patte de silhouette
    as-tu déjà testé LK Bennett ?

  4. Tes paires « à la vie à la mort » sont superbes, et comme mimioui, j’ai aussi un grop coup de coeur pour tes chaussures de mariée ! Les miennes étaient loin d’être aussi originales et sublimes, des France Arno… hum ! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s