Leçon de « Diplomatie »

Mettez le nom d’André Dussolier sur une affiche de théâtre et vous êtes sûrs de me voir me ruer vers un ordinateur pour prendre immédiatement des places. J’ai développé ce réflxex quasi pavlovien après avoir vu Mr Dussolier seul sur scène dans « Monstres sacrés, sacrés monstres » il y a quelques années de cela. Un vrai choc sur scène (du même type que celui ressenti lorsqu’on voit Luchini sur scène pour la première fois), suivi d’un second mini-choc après la pièce, dans le café voisin du théâtre où André Dussolier prenait le temps de rencontrer son public et de discuter avec lui. Là j’étais passée en mode loukoum. L’acteur est brillant, l’homme charmant.