Escartefigue, tu me fends le coeur!

Jeudi dernier Philomène et moi avons retrouvé l’une de nos vieilles habitudes: aller au théâtre toutes les 2. Comme au temps de notre célibat. Un petit plaisir comme lire ELLE le lundi soir (devenu le samedi depuis, merci ELLE!) Au programme: pas une pièce à « scandale » ni à grand débat sur l’art contemporain cette fois, mais une ré-adaptation d’un vieux classique du cinéma français: la trilogie marseillaise de Marcel Pagnol. César, Fanny, Marius donc. Je suis totalement inculte: je n’ai pas lu les pièces de Pagnol ni vu les films, je pars donc d’une quasi page blanche. Je ne connaîs que les extraits les plus connus bien sûr, mais je ne connais pas l’histoire.