Des Hommes et des jouets

S’il y a bien un lieu parisien extrêmement cher à mon cœur, ce sont les Galeries Nationales du Grand Palais.
Des années que je vois systématiquement toutes leurs expos, des années que j’investis à chaque rentrée dans mon précieux Sésame.

Et là figurez-vous que cela fait des semaines que j’ai vu les deux expos du moments (« Des Hommes et des jouets » et la collection Stein) et je ne vous ai toujours rien raconté.
Ça part en sucette sur ce blog, c’est moi qui vous le dit!

En cette période de fêtes et de jouets sous le sapin, c’est le moment parfait pour vous parler de l’exposition sur les jouets (que je retourne voir dans quelques jours avec ma Choupie et sa Maman).

De la Grèce Antique à aujourd’hui, une humanité à travers les jouets de ses enfants, telle est l’idée de l’exposition qui se focalise néanmoins sur l’humanité occidentale plutôt que sur l’Humanité.

Que vous ayez 5 ans ou 80 ans, cette exposition mérite d’être vue pour tout ce qu’elle raconte de notre histoire, de notre société, de notre éducation et pour tout ce qu’elle génère d’émerveillement devant des ours en peluche multi-centenaires, des trains fabuleux, une Aston Martin à taille de petit prince, de cirques miniatures, de robots japonais complètement fous ou d’automates ravissants.

Elle a aussi un intérêt immense dans ce qu’elle nous montre l’épouvantable différence d’esprit qui existe entre les jouets des petites filles et ceux des petits garçons.
On voit clairement l’odieux formatage dont sont victimes les petites filles depuis plusieurs siècles. On nous explique donc depuis notre plus jeune âge (et depuis un paquet de générations) que notre vocation est de nous marier, de nous reproduire et d’entretenir une maison. Occasionnellement nous pouvons être marchande ou infirmière (en pédiatrie évidemment).
Pendant ce temps les petits garçons sont aventuriers, valeureux soldats, pilotes d’avion, conducteur de train… A eux le rêve et l’évasion, aux petites filles la réalité d’un quotidien domestique follement épanouissant et enthousiasmant.

Si on ajoute à cela que depuis les années 80 (et mon lit de Barbie… il y a mon lit à baldaquin Barbie – 1982 – dans l’expo! Le choc 😦 ) les marketeux ont ripoliné tout cela en rose pour les filles et en bleu (et vert, et rouge, et pas rose quoi) pour les garçons et le cauchemar est complet.
Enfin pour moi c’est un cauchemar.


Gamine j’ai davantage joué avec mes ours en peluche habillés avec des robes qu’avec des poupées (dont je coupais les cheveux si ma mémoire est bonne) que j’avais – et ai toujours – en horreur.
J’ai bien sûr joué à la marchande avec ma sœur et eu des Barbie à ne plus savoir quoi en faire (quelle honte tout ce gâchis), mais parmi mes plus beaux souvenirs de jouets, il y a tout en haut de la liste mon train électrique (un beau TGV orange! Avec tout un parcours miniature réalisé par mon Papa) et mes Playmobils (qui étaient complètement mixtes à l’époque).
Aujourd’hui cette avalanche d’aspirateurs roses destinés à rappeler aux petites filles qu’elles seront toujours priées d’assumer 80% des tâches ménagères (pas près de changer ce pourcentage avec un formatage pareil) me rend hystérique. Je n’ai plus envie de faire comme si je en savais pas ce que cela cache.

Alors chers amis et membres de nos familles, sachez-le, vos filles recevront probablement à Noël et pour leurs anniversaires des avions, des trains et des Playmobil château fort et vos fils des dînettes et des marchandes, voire des petits kits de ménage… roses (forcément, c’est la seule couleur disponible).
Par contre promis, ni tambours ni trompettes et autres jeux bruyants, ils sont interdits dans notre convention des cadeaux pour enfant 🙂

5 réflexions sur “Des Hommes et des jouets

  1. Sur le formatage et lavage de cerveau, si tu ne l’as pas lu, il fait lire l’édito du Elle du 9 décembre « Gare à l’over-rose ».
    Les rayons des magasins de jouets sont effectivement effarants.
    Du plus loin que je me souvienne : j’ai joué avec une épée, un arc à flèche, un marteau avec une planche et des clous concernant les poupées … J’ai eu une seule Barbie.
    Aujourd’hui, avec le recul et en voyant la société dans laquelle on évolue, je me dis j’ai eu de la chance d’avoir un grand frère et un certains nombre de cousins comme compagnons de jeux…certes je dois défriser plus d’un Homme quand je casse leurs réflexions machistes mais je me dis que je fais peut être avancer les mentalités.
    Je suis féminine, j’adore la mode, je sais me servir d’une perceuse, je sais faire un minimum de plomberie et d’electricité, ça ne m’empêche pas d’être fan de cuisine et d’adorer la faire.
    Je suis d’accord avec toi : achetons des bateaux pirates aux petites filles et des kits cuisine au petits garcons !!!

    • Amen! 😉
      Et vive les femmes d’aujourd’hui et les hommes qui les aiment.

      J’ai beaucoup aimé (tout en étant horrifiée) l’édito de ELLE, il est complètement en ligne avec ce que souligne l’expo.
      Il est temps que les choses changent.

  2. Hello Miss

    Je suis maman de deux garçons, et je confirme que la chose qui choque souvent mes amis quand ils viennent a la maison, c’est que mes enfants jouent, entre autre, avec une poussette, un poupon, une cuisine et même un petit fer a repasser. Ces jouets sont tous odieusement roses comme tu as pu le constater.
    Les remarques ne sont pas méchantes, certains de mes proches sont d’ailleurs assez admiratifs que j’ai franchi le pas d’acheter ces jouets (?????).
    Comme quoi, tous les beaux discours de la répartition des taches restent souvent théoriques, comme le prouvent les statistiques.
    Je tiens a préciser que je n’ai pas acheté ces jouets pour forcer mes enfants a quoi que ce soit, c’est juste que les petits garçons aiment aussi dorloter un poupon, le promener en poussette, et préparer des faux petits plats a leur maman chérie 😉

  3. Merci pour ce billet et ces réflexions, qui rejoignent tout à fait les miennes. Enfant dans les années 70-80 (et oui !) avec, de surcroit, des frères et soeurs bien plus âgés que moi, j’ai eu la chance de vivre une « certaine » idée de la libération de la femme (je trouve d’ailleurs que l’éducation donnée aux filles actuellement est bien moins, paradoxe, ouverte qu’elle a pu l^’être dans certains domaines parfois, dans les années 70, voir éducation sexuelle. Bref).
    Et donc j’ai pu, par gout et opportunisme jouer avec des petites voitures, des garages, des trains électriques… et des poupées. J’avais aussi des jeux de découverte sur les minéraux ou la géographie.. et rie de rose, que j’ai en horreur !
    Alors oui les changements de mentalité débute par l’éducation que les jeunes parents donnent actuellement à leurs enfants, et force est de constater que l’on est vraiment loin du compte. Personne ne fait rien. Souvent je regarde les amies de mes nièces et me dis qu’elles ont des idées de vieilles. Et pourtant nous sommes en 2011…!!!
    Alors il ne faut pas imposer quoi que ce soit, simplement proposer le choix et des alternatives. Sinon cela ne changera jamais

  4. Mon fils adore les dinettes et jouer avec la poussette de sa copine, la seule différence est qu il ne s intéresse pas au poupon.
    Je rappelle juste que sur les emballages de kitchenette et de supermarché il y a que des filles et un client garçon pour le supermarché (bah oui la caissière c une fille) mais que le kit bbq est réservé aux garçons !it is a men’s world….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s