Au théâtre cette semaine…

Passage à l’heure d’hivers, grosses journées professionnelles, fatigue et stress, cette semaine était l’une de ces semaines où nous n’avions pas envie d’aller au théâtre le soir. Et manque de bol comme la précédente nous enchaînions deux spectacles: William Forsythe par le Semperoper Ballett de Dresde au théâtre de la Ville et « L’enlèvement au sérail » de Mozart à Garnier. Mais comme souvent dans ces cas-là, la vie est tendre et gentille avec nous, elle glisse un mi-cuit au chocolat à tomber dégusté juste avant un spectacle de danse classique contemporaine époustouflant et un opéra joyeux et moderne dirigé par un chef chouchou et écouté dans l’une des plus belles salles du monde. Mais reprenons dans l’ordre: « Steptext », « Neue Suite » et « In the middle, somewhat elevated » par la troupe du Semperoper Ballett de Dresde. Cette compagnie est a priori l’une des compagnies avec lesquelles William Forsythe aime particulièrement travailler et entretient un lien très fort. Cela se voit sur scène, c’est

read more Au théâtre cette semaine…

Mère Courage

Je crois que c’est la première fois que cela nous arrive: nous n’avons pas tenu jusqu’à la fin d’un spectacle. Pas qu’il ait été mauvais, bien au contraire, mais je crois qu’il faut admettre un truc affreux: nous vieillissons, et 3h30 de spectacle un lundi soir et alors que la semaine s’annonce chargée, ce n’est plus possible. Nous n’avons donc pas vue la seconde partie de cette incroyable « Mère Courage » de Brecht présentée par le Berliner Ensemble au Théâtre de la Ville. Le Berliner Ensemble c’est comme Pina Bausch ou Emmanuel Demarcy-Mota, il suffit que nous voyions leurs noms dans le programme pour que nous prenions des places. Cette troupe est géniale, ils peuvent et savent tout jouer. En Allemand, oui, et alors? Les sur-titres donnent les explications, nous n’avons pas besoin de plus. Et c’est là que l’on voit la force et la magie d’une grande troupe, j’ai beau ne pas parler leur langue, la richesse et la précision

read more Mère Courage

Au théâtre, lately

C’est la chose la plus frustrante avec un blog: ne pas avoir le temps de tout écrire, de tout partager. Et c’est d’autant plus cruel et agaçant lorsqu’il s’agit de théâtre car c’est l’un de mes plus grands plaisirs. Alors je vais essayer de me rattraper un peu en vous parlant brièvement de deux pièces vues récemment. L’une n’est plus à l’affiche mais est – je l’espère – en tournée ; l’autre est toujours à l’affiche, mais avec d’autres comédiens dans les rôles… Ce qui peut être intéressant également. La première des pièces est « Oncle Vania« , vue au Théâtre de la Ville. Je suis une nullité crasseuse en auteurs russes. Bien sûr j’ai lu « Lolita », mais on peut à peine considérer Nabokov comme un auteur russe tant il a vécu et écrit ailleurs et dans d’autres langues. Je n’y connais donc absolument rien en littérature russe et j’avoue n’avoir jamais été vraiment tentée de m’y plonger, je ne saurais trop

read more Au théâtre, lately