Les jolies fleurs de Mr Delangle

IMGP2234

Je vous ai déjà montré les ravissantes vitrines réalisées en permanence par l’équipe de Fleurs Delangle, un magique fleuriste situé à quelques rues de chez moi.

C’est Mr Papillon qui m’a fait découvrir ce magasin lorsque nous nous sommes rencontrés et depuis j’adore passer devant la boutique et m’attarder quelques minutes pour contempler le fabuleux travail réalisé par Emmanuel Delangle et son équipe.

Les vitrines de Noël sont évidemment de pures merveilles, celles de la Saint-Valentin un régal pour les amoureux des roses, mais il suffit que la maison se voit confier la mise en fleurs d’un grand mariage – et c’est souvent le cas, certains habitants de notre quartier on du goût et des moyens – et les décorations confectionnées finissent généralement dans les vitrines, dans une mise en scène très élégante.

Emmanuel Delangle aime les anémones et les renoncules, il a donc toujours – enfin lorsque c’est la saison – une sélection complètement folle de ces fleurs.
Ces ravissants pompons roses âgés d’une semaine (non ces fleurs ne sont ni fragiles ni éphémères si elles viennent de la bonne maison) viennent de la boutique, et je continue à m’extasier devant leur beauté.

Si jamais vous venez vous promener du côté des Ternes, poussez le pied jusqu’au passage Bayen et arrêtez-vous chez Fleurs Delangle pour vous faire un petit cadeau parfumé.

____________________________________________
Fleurs Delangle
34 rue Bayen
75017 Paris

Dimanche 23 février

IMGP2325

Les dimanches où nous n’avons rien de spécial de prévu et où le temps est clément nous aimons aller passer quelques heures au Jardin de Bagatelle.
En quelques minutes de bus (le 43 si jamais cela vous intéresse, il passe par les gares du Nord, de l’Est et Saint-Lazare avant de filer vers l’Ouest parisien et Neuilly) nous quittons la ville et rejoignons ce qu’il y a de plus proche comme jolie campagne à Paris.

Le parc de Bagatelle est une bulle de romantisme très XVIIIème (siècle, pas arrondissement :-)) au sein du Bois de Boulogne si célèbre pour des activités beaucoup moins romantiques.
Il est le fruit d’une pari entre Marie-Antoinette et le Comte d’Artois, et l’un des plus jolis reliquats de cette époque si vous voulez mon avis. J’adore ce jardin très anglais dans sa liberté, tellement français dans ses bâtiments et éléments de décor. Si jamais vous venez passer quelques jours à Paris, c’est vraiment l’un des jolis endroits pas forcément très connus du grand public qu’il faut venir voir. Vous tomberez forcément sous le charme.

Ce dimanche 23 février sentait bon le printemps, nous sommes sortis sans doudoune ou gros manteau et nous sommes régalés du soleil, assis sur l’un des bancs du parc. Nous nous sommes amusés du ballet des petits papis et petites mamies passant d’un banc à l’autre pour être le plus au soleil possible. De vrais tournesols a dit Mr Papillon, je trouve l’expression très mignonne. Ils ont bien raison de faire les chats, cela fait un bien fou!

Dans les vignes

IMGP1075

Pendant quelques semaines en Septembre et Octobre la vie de ma belle-famille marque une pause dans son cours normal et se met à respirer au rythme de la vigne et des vendanges.

Tout est scruté et observé: la température extérieure, le ciel, le soleil, l’humidité de l’air et la pluie, la vigne, ses belles feuilles vert et or, les grappes et les grains de raisin plus ou moins dodus.

Commence alors ce long sprint de 15 jours de récolte, de 6 heures le matin à 21h ou 22h le soir, passant d’un rang à l’autre, d’une parcelle à l’autre à bord de la grande sauterelle mécanique chargée de secouer les vignes pour qu’elles donnent leurs précieux fruits ou du tracteur permettant de les rapporter à la cave où le marathon du pressage et de la vinification a commencé.

Chacun connaît son rôle et chaque maillon de cette grande chaîne entre hommes et vigne est précieux et important.
Cette période est toujours un peu spéciale pour Mr Papillon et elle le devient de plus en plus pour moi aussi.
Il s’inquiète de la météo, du niveau de forme de son Papa, de sa confiance sur l’état des vignes et le niveau de maturité du raison, de l’état d’esprit de son oncle qui va se charger de la vinification. Je sens cette tension arriver jusqu’à Paris dans notre petit nid.

Alors lorsque nous pouvons venir à Nantes à cette période, Mr Papillon a une mission qui lui tient à coeur: apporter le café à son papa et à son coéquipier de cueillette dans les vignes.
Lorsque l’on met en marche la sauterelle (je vous jure que la machine à vendanger ressemble à une sauterelle géante!!) à 6h le matin, le café de 10h n’a pas de prix et à un goût bien particulier.

Tout comme accompagner le patriarche de la famille voir les vendangeurs au travail.
Oh bien sûr il ne ferait pas comme ça et il râle un peu, mais son petit-fils voit aussi combien il est heureux d’être là, malgré les douleurs et la santé qui décline. Et puis ses fils ont fait du beau boulot avec le domaine qu’il a créé, ce n’est pas rien tout ça!!

Toute la famille était réunie samedi soir pour rencontrer le dernier né de la famille et goûter le vin nouveau en savourant un morceau de fouasse maison.

Quant à nous les Parisiens aux métiers parfois si abstraits et virtuels, cela nous fait un bien fou de venir voir la récolte de ces jolis fruits qui ont demandé tant de travail et de patience, d’admirer la lumière dans les feuilles des vignes, de sentir l’odeur de ce jus de raisin en plein effervescence (dieu que ça bouillonne dans les cuves!). Nous nous souvenons soudain du cycle des saisons, des temps de la nature. Les pieds dans l’herbe mouillée, nos cerveaux aussi reposent leurs pieds sur terre. Nous respirons a pleins poumons l’air doux et piquant de l’automne, changeons notre rythme pour tenter de le recaler sur celui du monde.

Et puis cela me donne envie de ressortir mon appareil photo pour immortaliser cet instant, cette lumière.